Datacenters Amazon Web Services

Ouverture d’une région de datacenter Amazon Web Services en France en 2017

Amazon Web Services a annoncé pour 2017 l’ouverture en France de datacenters, ce que le géant américain appelle une « région ». Qu’est-ce qu’une « région » au sens AWS ? Quelle est la portée de cette annonce sur le marché ?

Cette ouverture va avoir un impact majeur sur le marché français de l’hébergement et du cloud public, mais bien au-delà cet évènement va impacter le secteur informatique dans son ensemble, et tant les sociétés d’infrastructures, que les SSII et éditeurs, ou les entreprises utilisatrices devraient y prêter davantage d’attention. Au moment d’entrer dans cette nouvelle année 2017, il est important de mesurer les changements qui se préparent pour cette nouvelle année.

Que signifie l’ouverture d’une « Région » AWS en France ?

Le cloud AWS est hébergé dans ce que l’on appelle des « régions ». Une région est un emplacement géographique sur lequel AWS opère un ensemble de 2 ou 3 « zones de disponibilité » (Availability Zone ou AZ), qui sont des unités de datacenter, séparées, autonomes et sécurisées. Les zones de disponibilité sont elles-mêmes interconnectées entre elles via un réseau en fibre optique à très faible latence. Ainsi un client peut disposer simplement sur une Région d’une informatique répartie sur plusieurs datacenters en tolérance de panne. Sur une région, le client peut aussi disposer d’un raccordement direct et dédié de son réseau WAN (un « Direct Connect » en langage AWS), en plus de passer par un accès internet sécurisé. Cela permet d’interconnecter directement, en toute sécurité, et en maîtrisant la latence, son système d’information avec le cloud public AWS sans passer par internet.

On peut ensuite se déployer sur plusieurs régions avec réplication, que ce soit pour assurer un niveau de disponibilité supplémentaire ou faciliter le déploiement de ses services à l’international. AWS compte 16 régions dans le monde actuellement :

  • 6 en Amérique du nord
  • 1 en Amérique du Sud au Brésil,
  • 6 en Asie-Pacifique
  • 3 en Europe: l’Irlande qui fut la première déployée (3 AZs), Francfort (2 AZs) et depuis cette année Londres (2 AZs).

Deux régions supplémentaires sont en cours d’ouverture,  Ningxia en Chine et Paris, cette dernière avec 3 zones de disponibilité. AWS avait déjà ouvert en 2016 un Direct Connect sur Paris, l’ouverture d’une région à 3 zones de disponibilités dans la foulée, juste après Francfort et Londres, démontre son ambition pour l’Europe et la France en particulier.

La portée de l’ouverture d’un « région » AWS en France

Surmonter l’objection de l’hébergement « à l’étranger »

L’ouverture d’une région est en message fort à l’égard du marché français, des plus grands acteurs des secteurs finance, énergie, ..qui sont souvent soumises à des normes règlementaires strictes, du secteur public qui exclue le plus souvent un hébergement en dehors du territoire national, et enfin de toutes les entreprises qui craignaient pour la sécurité juridique de leurs données et maintenaient une préférence locale. Point clé de l’argumentaire: AWS s’interdit de déplacer vos données dans une autre région que celle que vous avez choisie.

Clairement l’objectif d’AWS est de faire sauter le verrou de la réticence à l’égard d’un hébergement à l’étranger, mais aussi probablement des craintes sur les latences réseau potentielles.

Convaincre sur la sécurité du Cloud public

Une fois surmontée cette objection, il reste à convaincre sur la sécurité du cloud public. La crainte des acteurs est que leurs données soient moins sécurisées et donc plus facilement accessibles dans le cloud.
Là encore, AWS poursuit logiquement sa stratégie et engage une action d’évangélisation sur la sécurité de son système. Toute cette semaine  de décembre se déroule une série de wébinaires quotidiens sur la sécurité, destinés à présenter les outils à la disposition des clients pour construire en toute sécurité leur infrastructure sur le Cloud.AWS. Pour en savoir plus sur cette évènement suivez ce lien.

L’objectif est de rassurer et démystifier, surmonter les craintes en apportant des réponses concrètes aux objections parfois confuses. C’est un vrai investissement d’éducation qu’engage AWS qui fait la course en tête sur le marché du cloud public mais est talonné par Microsoft et Google. Il s’agit de préparer le marché français à l’arrivée de cette nouvelle région.

Présenter l’ampleur de l’offre AWS

Une fois surmontée la question de la sécurité, il faut s’attendre à ce qu’AWS engage une action de présentation de la richesse de son offre de services pour les développeurs.

AWS offre déjà une gamme de services IaaS extrèmement étendue : des serveurs, du stockage, du réseau. Beaucoup d’entreprises restaient réfractaires à l’externalisation car elles voulait conserver la maîtrise de leur infrastructure. Elles ne voulaient pas en déléguer l’architecture et/ou l’infogérance. Demain, elles pourront externaliser tous leurs systèmes  sur des services IaaS tout en conservant  la main et sans déléguer l’infogérance à leur hébergeur.

Mais au delà, l’intérêt du cloud AWS réside dans sa gamme très étendue de services PaaS :

  • services bases de données managés,
  • plateformes de big data, IoT, outils d’analyses d’Intelligence Artificielle,
  • Services pour les développeurs, APIs, outils d’intégration et déploiement continus, services Serverless…
  • et une marketplace sur laquelle des partenaires viennent proposer leurs services et logiciels hébergés sur AWS.

C’est sur ces services qu’AWS investit massivement; lors du dernier sommet mondial re:Invent, les principales annonces  ont porté sur les services PaaS. S’appuyer sur une plateforme d’IoT prête à l’emploi, permet d’aller beaucoup vite sur cette technologie. AWS  a pour ambition de se positionner comme la plateforme de cloud public sur laquelle les développeurs pourront venir développer et déployer beaucoup plus rapidement leurs applications, puis les distribuer à l’internationaL

Un changement fondamental pour le marché français

On voit ainsi que l’ouverture d’une région en France va avoir un impact fort sur le marché français de l’hébergement, avec une accélération de l’intérêt des entreprises pour le cloud public et certainement des (r)évolutions de stratégies.

Mais il ne faut pas se tromper, ce changement ne va pas se limiter à l’hébergement, cela va  aussi modifier  la façon dont les entreprises conçoivent, développent et déploient leurs applications. Google et Microsoft suivent la même stratégie, chacun avec ses spécificités, mais ces trois géants poussent tous dans le même sens et , avec leur puissance de feu, on peut compter sur eux pour modifier profondément les conditions du marché de l’informatique en Europe.

C’est bien en 2017 que cela va se passer et qu’il faut anticiper ces changements. Que vous soyez un client final, un éditeur, une SSII ou ESN, c’est maintenant qu’il faut intégrer ces évolutions et définir sa stratégie pour préparer l’avenir.

Pour plus d’informations sur le cloud public AWS, consulter aussi les autres articles AWS de notre blog , ou le site alfa-safety.

Laisser un commentaire

*

Be sure to include your first and last name.

If you don't have one, no problem! Just leave this blank.